Travailler à n'importe quel prix ? - Benoît Thiault

Travailler à n'importe quel prix ?

Telle est la question qui m'est venue à l'esprit alors que je lisais une proposition reçue récemment par email.

Sans rentrer dans les détails, la proposition visait à travailler pour de la visibilité sur les réseaux sociaux. 

D'une : qu'est-ce que j'en ai à fout** ?! 

De deux : visible un jour, inconnu le lendemain.

De trois : tout travail mérite salaire. 

Voilà, grosso merd*, les 3 raisons qui m'ont poussé à non pas ignorer cette demande, mais à y répondre un truc bien senti. Depuis, pas de nouvelles, le message semble-t-il être passé ? 


Au jeu du "travaille pour moi en échange d'une compensation non tarifée", celle-ci est légion. Et pourtant, bien qu'il soit tentant d'être propulsé le temps de quelques heures algorithmiques sur le devant de la ̶s̶c̶è̶n̶e̶ d'un fil d'actualité, succomber au sirène du travail gratuit ne mène à rien :

1 - Cela vous pénalise en amoindrissant la valeur de votre travail.

2 - En travaillant gratuitement, vous favorisez certes l'émergence de talents, mais à quel prix par la suite ? Comment se faire un nom si vous bradez vos compétences ? 

3 - Travailler gratuitement ne vous rapportera rien à long terme : financièrement d'une part, artistiquement d'autre part, et enfin, d'un point de vue de la réputation. 

4 - Reprise du point 3 : même la moindre petite création doit être rémunérée pour ce qu'elle vaut. 


Et pourtant, il existe plusieurs raisons qui peuvent vous pousser à travailler gratuitement, et pour celles-là, le choix peut-être cornélien : 

1 - Le projet est inégalable à vos yeux : il déchaîne en vous tout un tas d'idée et vous vous lancez sans retenue dans le projet car il correspond pleinement à vos valeurs (oui, un mouton à 5 pattes). Avantage, vous y mettez la passion, inconvénient, cela est gratuit : bref, à vous de voir. 

2 - La demande provient d'un ami : s'il est capable de vous demander un travail gratuit, il sera également capable de comprendre que vous devrez un jour voir la monnaie de votre pièce. De même, si on vous a déjà bien rendu service à plusieurs reprises, se pencher sur un projet où aucun revenu ne sera tiré n'est pas à éviter : dans la vie il faut savoir donner sans calcul. 

3 - J'ai déjà des commandes, je peux filer un coup de main : oui, et pourquoi pas entre 1h et 2h du mat' ? Attention à ne pas se disperser, même si parfois, l'absence de rémunération peut pousser à la prise de risque... créative ! 

4 - Ce commanditaire a vraiment pignon sur rue : il pourrait donner un véritable élan à votre jeune carrière. Oui oui, ok, et s'il a pignon sur rue, il doit avoir un compte en banque qui permet de payer une prestation photo. Reste à savoir où vous vous situez entre votre "orgueil" (pour le coup bien placé) et votre "amateurismeenpassededeveniruneprofessionsijetravaillegratuitementpourlemonsieur". 

Powered by SmugMug Log In