L'aurore de Saint Michel - Benoît Thiault


L'aurore de Saint Michel doit son titre à deux éléments. L'un d'eux est la base de la photographie en lumière naturelle : le soleil. Le second fait partie de l'invisible de cette photo. Il est pourtant déterminant pour obtenir un tel cadrage : le campanile de l'église Saint Michel.

Ce matin là, l'ami nous avait donné rendez-vous à 6h15 sur la Place des Micocouliers. Nous étions encore au stade où le soleil ne pointe pas son nez mais où l'obscurité a suffisamment diminué pour permettre de monter sur notre point de vue. Par dessus les toits du Vieux-Cannet, l'horizon se dégage et la perspective grandit à mesure que l'oeil s'habitue à cette nouvelle vision.

Là haut, le panorama sur les toits du vieux village cannetois est époustouflant. Les toitures sont aussi typiques que les façades en pierre des maisons. L'aspect ramassé du vieux village prend une autre dimension. Les voisins semblent encore plus proches que leur pas de porte. Les angles sur les fenêtres dévoilent des bouts de vie. 

A peine le temps de regarder le village s'éveiller que les intenses couleurs de l'aurore rappellent le pourquoi d'une grimpette le long d'escaliers tantôt en pierre, parfois en métal et surtout en bois vermoulu. L'on comprend mieux que l'édifice, indépendant de l'église, ne soit pas ouvert de façon permanente. 

L'aurore de Saint Michel

A l'horizon, la lumière du lever du jour indique que nous sommes dans un bon jour. Les nuances subtiles ne nécessiteront pas de gros traitement du cliché. L'instant est parfait, l'hésitation dans les réglages, elle, est restée au fond de son lit. Le moment, d'1h30, semble durer seulement quelques minutes. Il paraît que quand on profite de la vie, elle semble passer plus vite. Ce matin là a consacré cette sensation. 

Powered by SmugMug Log In