Confluences - Benoît Thiault

Confluences

Confluences sur le Caramy

Confluences désigne tout l'esprit de cette photographie. Son cadrage est fait avec le fameux 11-16mm Tokina, réglé à 11mm. Depuis un certain temps, je délaisse les filtres à densité neutre dans mes poses longues où l'eau joue un rôle important. Ici, la vitesse d'obturation est 2 secondes, temps réduit permis par le jour déclinant. Les iso sont au plus faible, et le diaphragme est fermé à f/13, pour ne pas détériorer la qualité de l'image. 

Ici, il n'est pas question que de technique. Si le message n'est pas universel, il s'apparente néanmoins à une recherche de préservation, de l'environnement, de soi, d'un idéal, tant pour le besoin de proximité avec le monde naturel que pour les origines de mon travail photographique.

Revenons au cliché en lui-même : sa composition est simple, mais elle me semble efficace : au milieu d'une nature apaisée et logée au creux d'un vallon calme, l'eau en mouvement guide l'oeil. Alors qu'on lit plus facilement une image de gauche à droite et de bas en haut (demandez cela aux auteurs de BD), j'ai choisi un contre-pied imposé : difficile de rejoindre la rive inverse qui aurait proposé un cadrage se refermant sur un amas de rochers (dans mon dos au moment de la prise de vue). 

Les deux ruissellements qui convergent vers la cascade révèlent la petitesse de l'Homme, qui n'est et ne doit rester qu'un observateur de la Nature. La présence des rochers contraste avec la douceur de l'eau et vient impacter le regard. Si l'effet n'est pas aussi saisissant au premier abord, il vient apporter une trame sombre et froide au regard de l'Homme tandis que l'écoulement des eaux, révélé par un puits de lumière en arrière plan, apporte une chaleur apaisante relative à la Nature. 

Powered by SmugMug Log In