La course au matériel... un jeu de dupes ! - Benoît Thiault

La course au matériel... un jeu de dupes !

Et c'est peu dire que de l'écrire... 

Ce billet d'humeur est né d'une discussion que je suivais sur les réseaux sociaux, suite à une question posée dans un forum d'"entraide" dédié au matériel photographique. Cette discussion était apparue quelques jours après l'annonce de la sortie des hybrides plein format Z6 et Z7  lancés en septembre 2018 par Nikon. Il était question, pour résumer, de la pertinence d'achat des derniers boîtiers hybrides de la marque nippone. Aux partisans du "Oui, il faut foncer", s'opposaient ceux du "Je n'en ferai rien, je suis bien avec mon boîtier qui a à peine 1 an, etc."

L'analyse de cette discussion m'a laissé perplexe. Aucun entre-deux ne se dessinait, comme si nos modes de consommation suffisaient à définir clairement quel acheteur nous sommes, voire qui nous sommes plus globalement. En laissant de côté les considérations liées au matériel du moment, plusieurs questions se posent : ai-je atteint les limites de performance de mon matériel ? Suis-je réellement en incapacité d'évoluer si je ne le change pas ? Comment progresser tout en conservant mon matériel ? A ces questions, plusieurs réponses possibles, mais qui ne sont pas vraiment l'objet de ce billet d'humeur. Un argument qui peut être avancé pour les partisans d'une consommation à outrance serait de dire que l'évolution de la technologie étant telle, il faut lui emboîter le pas pour ne pas être à la traîne, ne pas souffrir des fins de supports de tel ou tel boîtier ou encore, de ne pas paraître ridicule dans les regroupements de photographes ou encore les vernissages photos, ou dans toute situation où l'aspect matériel est rapidement mis sur le devant de la scène. Comme si, en somme, le prix d'un objectif ou d'un boîtier asseyait une forme de domination d'un individu sur un autre.

Longtemps confronté et encore aujourd'hui, au problème du financement de mon propre matériel photographique, j'ai usé de patience et de petites astuces pour parvenir à m'équiper de matériel professionnel et ne pas me retrouver privé d'assistance technique pour mon matériel. 

1. Les connaissances, confrères et la famille : on a tous un parent, ami, copain ou une relation, connaissance, amitié, qui pratique/ait la photographie. Et parfois, quelques cailloux qui traînent dans un tiroir suite à une cessation d'activité ou un désintérêt pour la photographie... Plus rare, les très bons objectifs dont la côte a du mal à descendre ou ne descendra pas plus car ils sont considérés comme des must-have. 

2. Les bonnes affaires : oui, je fais parfois quelques vides-greniers en espérant naïvement dénicher du matériel photographique. Les brocantes, par exemple, sont parfois l'occasion de chiner une perle (très) rare ou, plus souvent, de trouver à un tarif imbattable des objectifs dont on aurait pu penser qu'ils avaient complètement disparu du marché ! Or, comme pour mon dernier trépied, ces bonnes affaires existent bien ! Alors oui, vous ne tomberez pas sur la dernière version de l'objectif à la focale improbable et à l'ouverture constante à f/2.8, etc... mais qui peut prétendre pouvoir enterrer des objectifs comme le Nikkor 80-200 f/2.8 non stabilisé et non tropicalisé dans sa toute première version ? Qu'il s'agisse de la V1 ou de ses déclinaisons supérieures, le caillou côte encore aujourd'hui, 25 ans après sa sortie, à plus de 400€ ! Cet exemple mis à part, il faudra veiller à inspecter le produit avant de l'acheter, même à prix imbattable. 

Le fameux Nikkor 80-200 f/.8 ED : non stabilisé, non tropicalisé, uniquement l'essentiel. Un must-have.

Source (english)  : kenrockwell.com

3. Boîtier, objectif, et le reste : je n'ai jamais compris l'intérêt d'acheter un équipement photo absolument neuf, surtout quand il s'agit d'accessoires. Vous me direz, un filtre, c'est pas aussi cher qu'un boîtier ou un caillou, on peut se permettre de l'acheter neuf ! Hum, tout dépend de la qualité que vous donnez à vos accessoires. Regardez donc un peu le prix des filtres Cokin ou Lee, et on reparle de tout ça devant un café (je vous le paie). Souvent, les sites d'annonce permettent de trouver la perle rare : mais attention aux vendeurs... comme dans tous les domaines, les arnaques ont bon train sur ce type de sites. 2-3 astuces : voir comment le vendeur est noté, quelle méthode de paiement est possible et si elle est imposée, se demander pourquoi et enfin, vérifier la qualité générale de l'annonce. A titre perso, je trouve qu'une qualité de rédaction définit souvent le sérieux de son auteur... 

4. Le partenariat avec un revendeur : ce type de partenariat s'adresse essentiellement à des photographes qui ont déjà un peu de métier et qui maîtrisent leur sujet. Je ne dis pas qu'il ne faut pas rentrer dans un magasin et proposer d'être partenaire. Disons que les marques pratiquant déjà ce type de partenariat avec des noms reconnus de la photographie, il faudra avoir dans sa besace un bon nombre d'arguments pour convaincre. N'oublions pas que votre potentiel partenaire doit avoir la sensation concrète que cela lui est profitable...


Alors que penser, au final, de cette course effrénée au matériel ? Mon avis est tranché là dessus : rien ne sert de courir, il faut partir à point. Entendez par là que certes, l'évolution technologique est à suivre. Mais que faire d'un nouvel appareil qui propose sur sa fiche technique une résolution de malade quand on n'imprime pas ses photos ? Que faire d'un objectif flambant neuf, stabilisé, tropicalisé, traité au fluor et/ou avec tout un tas de technologie qui semblent donner une valeur au caillou, quand on ne maîtrise pas le triangle d'exposition ? 

Autant de question qu'il faut se poser avant tout achat. Ces questions doivent nuancer la précipitation que le marketing déclenche en chacun de nous. Du bon matériel, donc onéreux, est un gage de qualité, mais pas de réussite. La maîtrise de son matériel est un gage de qualité, mais pas forcément de réussite. Le principal facteur qui va donc faire pencher la balance du côte du lièvre ou de la tortue est donc le cerveau qui aura déclenché le cliché.

Vous aimez cet article ? Partagez le !

Réagissez !

Powered by SmugMug Log In